Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2019 3 02 /01 /janvier /2019 17:10
Mes voeux

  Mes vœux s’assoient à votre porte

¤

Mes amis je souhaiterai

Que vos jours d’avenir

Soit un temps à faire rougir

L’ingratitude de vos jours passés

¤

Mes vœux s’assoient à votre porte

Celle radieuse de l’an nouveau

Où se mire merveilleux en cadeau

Le ciel bleu que je vous transporte

¤

Qu’il soit le plus possible  salutaire

Pour l’entreprise de votre belle  vie

Grand  bénéfice  de vos énormes  envies

Que votre bonheur investira autoritaire

¤

Qu’il se prélasse  dans votre santé

Si bonne qu’elle ne puisse déjouer

Tous les souhaits auxquels vous postulez

Pour faire briller tous vos jours rêvés

¤

Que gigantesque soient  les faveurs

Que vous offrira  votre  sage  destin

Votre travail, vos enfants, vos desseins

Qu’ils vous apportent la joie sans heurt

¤

Reprenez, reprenez du bonheur

Vous n’en serez jamais gavé

Je voudrai sans cesse vous le procurer

Pour que vous puissiez aller sans peur

 

Et vous irez courir les chemins des difficultés

Parfumé de l’odeur de toutes les sages bontés

Qui affaiblissent sereines  toutes les rugosités

Aux délicieux  profits de ces belles amitiés

¤

O mes amis souriez l’an nouveau sera si beau

Qu’il voudrait déjà quitter ma  bonne pensée

Pour que je vous l’offre  toute empressée

Pour  vous voir l’accueillir le cœur bien chaud

ÿƒC

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2018 5 14 /12 /décembre /2018 13:40

 

Mon ami

 

Mon ami, O mon ami! Me voici ici

Ecoutant tes sentiments mendiants

Scellés à  ta bonté, O pure amitié !

 

Aidons nous à notre raison sans oraison

Masqués tes regrets clameront ta volonté

Instituant le pendant de mon jugement

Sorti sur  ta terre d’ortie pour refleurir ta vie.

ÿƒC

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2018 4 29 /11 /novembre /2018 13:45
Il était fantaisiste

 

 

Fantaisiste il était

 

Fantaisiste il était, vivait de cet excipient

Qui vous fait marcher le sérieux sur la tête

Ce badinage inventif, tranchant de belle fête

Participant à la révolution de l’intempérant

¤

Facétieux la parole au fort  timbre  enjoué

Il s’en allait de-ci de-là  sur les chemins

Aux  virages droits qui fleuraient tout malin

Le parfum de ces sourires  de la bonne santé

¤

De sa besace de bouffon il vous sortait  sage

Une plaisanterie s’alliant fidèle à son geste

Amusante fut -elle que d’une appréciation leste

Elle débroussaillait une parole rebelle de rage

 

Quand une belle s’attardait à son humour

Il avait tôt fait dans un sain  marivaudage

D’entretenir la belle au son de son badinage

Et lui contait l’amour comme un troubadour

 

Aux choses de Dieu il se laissait aller dire

En  charmes guindés  de la facétie spirituelle

Que  sa morale religieuse tenait dans sa prunelle

Quand son œil gouailleur lui servait  de  sourire

¤

Guillerette ses manières  quand accostait l’ennemi

Qui le houspillait  violent comme un malotru  amer

Sa science folâtre déposait l’autre ahuri par le flair

D’un savoir faire migrant sur son  âme de joie servie

¤

Si dans un demain vous le rencontrez en chemin

Ne lui tournez pas les talons, sage vous  faudra t’il

Le rattraper pour  un brin plaisant  de sagesse agile

En couchant votre sérieux loin d’un tueur sans dédain

ÿƒC

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2018 1 12 /11 /novembre /2018 13:26
Sentinelle de charme

Sentinelle de charme

 

 

Sentinelle de charme, âme dentelle

Sur ma courte vie sévère  tu sautilles

Quand mon loup rusé me houspille

Traître vorace, du haut de sa citadelle

¤

Dans le silence parfait d’un sourire

Tu  viens sage en quête de ma santé

A tes mots rassurés au vent je renais

D’un nouvel appétit pour me rétablir

¤

Avide  attentif à tes généreux  conseils

D’humain  prudent, caressant les maux

D'un diagnostic  aux pièges infernaux

De la sourde maladie que tu surveilles

¤

Ta main experte traque le doux diabète

Quand la sulfureuse piqûre l’admoneste

Et la fleur douce de tes doigts manifeste

Une gentillesse sur  ma douleur blette

¤

Tes mots sont justes, comme est ta passion

A tes matins, à tes soirs prés de tes malades

Ton métier n’est pas amère, une belle ballade

De ta riche beauté, au luxe d’une sage raison

¤

La sonnette tinte et tes pas gais se pressent

Ta tendresse affole le haut taux de  glycémie

Il se réfugie brûlé  au grand fond d’un oubli

Et ton geste précis apaise notre folle détresse

¤

Je vais devoir reprendre mon sérieux  destin

Doux souvenirs des câlins de tes bons soins

Je ne reverrai plus ceux-ci aux beaux matins

Quand ma dextro je ferai, oubliée de ta main

ƒC

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2018 4 18 /10 /octobre /2018 17:04
Sir la mer sévère

 

 

Sur la mer sévère

 

Sur la mer sévère un pluvieux jour d’hiver

Au plus profond du fond des grands fonds

Le démon a  rendu muet le fragile  timon

Coulant vers l’enfer la fragile  coque de fer

¤

Les hommes fiers  de courage dans l’orage

De la fronde cinglante;  Vile mer qui gronde

Et abonde sa colère vive qui revêche tonne

D’outrages maléfiques sur son  bel entourage

¤

Vos prières au noir de votre dernier repaire

D’une  plongée au violent mystère compliqué

Se sont dilués humbles dans les flots inquiets

Quand la vipère à l’écoute vous a prise amère

¤

Votre sagesse aisée a soutenu votre  hardiesse

D’un immense devoir de soudain vous entrevoir

Happes par l’espoir et serein vouloir encor croire

Qu’au calme irraisonné  le navire se redresse

¤

Obligeante mer, amante  de fort  tempérament

Ils  t’ont choyée des caresses de leurs pensées

Quand sage adorée tu les menais de bon grés

Aux  profondeurs intransigeantes des courants

¤

Séjour au  berceau éternel, douceur maternelle

Tu leur garantis  le repos au grand lit de tes flots

Dans la gloire d’un flambeau, débarrassé  de tes maux

Sur la passerelle du paradis ils se hissent fraternels

¤

Ils sont fiers du clairon contant leur mémoire du fond

Qui les érige au  haut sommet du mérite qui exige :

Des hommes prodiges de leur courage ; Il exige

Une volonté de tâcheron; taillant  ces doutes poltrons

¤

Votre fortune ! Le souvenir vivace de votre infortune

Nous le garderons près de nos vies trésor de survie

Notre survie ! Pour garder vive la flamme de vos esprits

Dans nos pensées restées en lutte avec la pleine lune

 

Cinquante deux Hommes

Quittèrent la rade

Un matin de janvier

A quai

Jamais ne revinrent

Cinquante ans déjà…

 

ƒC

 

 

Ps: Disparition du sous marin la <Minerve le 27/01/1969

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 23:10
Les yeux de l'amitié

Les yeux d’une amitié

 

Touché par la vocation d’un sacerdoce

J’ai entrepris  une consciencieuse retraite

Entraînant ma pensée vers de riches noces

 

J’ai vu les yeux d’une amitié se projeter

Sur la bienveillance d’une nouvelle alliance

Elle se fondait  sur mon âme réconfortée

 

Notre pacte nous lia au meilleur et au pire

Sur les chemins de nos pensées attentives

Pour nous gratifier dans nos rituels sourires

 

Don d’une pensée qui exhorte à la persévérance

Quand un esprit s’abandonne de bienfaits

Pour satisfaire altruiste ses complaisances

 

L’obole de l’instinct d’amitié sème  ses subsides

Quand un corps meurtri s’acte fallacieux

Dans un cri d’appel qui  se pleure  acide

 

Soulagement  persévérant de la difficulté

Quand l’amitié pourchasse le danger

Hors des taillis impropres de la méchanceté

 

On se réfugie dans le silence de nos secrets

Armé de la duplicité d’une surfine intimité

Quand à pas occultés nous comptons nos libéralités

 

Le temps s’estompe rageur à notre indifférence

Quand nous nous perdons dans le sillage du bonheur

Délaissant le souffle du mal au profit  de la tolérance.

ƒC

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2018 3 11 /07 /juillet /2018 16:00
Un pacte d'amitié

Un pacte d’amitié

 

 

D’un charme minaudé

A l’humanitaire dévouement

Que l’oiseau  ripailleur

Tente d’attirer au bonheur :

Enfouis dans un attachement

Se dessine  un Pacte d’amitié

 

De ses  Ailes déployées bienveillantes

Se fondent  silencieuse sur la grâce

De l’effluve  d’une patiente  attirance

Maternée au nid de la libre alliance

Donnant droit au bel espoir d’audace

Que prépare  le pacte d’amitié prétendant

 

Une affection s’épanche  sur un esprit

A la recherche d’une riche prairie

Où se prélassent les dévouements

Les obligeances, les engouements

De la fidèle réciprocité de tous les défis

Enjambant les angoisses  d’un oubli

 

Cheminement parallèle vers le bonheur

D’une étreinte spirituelle au son des oboles

Pour que foisonnent les subsides

Du pacte d’amitié  dépensé en altruiste

Dans une Collusion de pensées qui s’affriole

Dans le secret de lendemains adorateurs

 

Mille excuses pour l’effacement sensuel

Que la complaisance ourdit à médire

Quand l’amitié s’accroche aux avantages

De la cordialité  de ces  âmes en ménage

Qui échangent et mangent  leurs sages désirs

Sur des pensées disponibles pour  l’éternel

 

La lassitude ne lui  appartiendra  plus

Trop pressé de rendre sa disponibilité

Au quotidien  de ces jours bons ou mauvais

Il encadrera sa préférence  de bienfaits

Sur les chemins de votre vie réconfortée

Par ces fortunes qui vous apporte le surplus.

Ƒc

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2018 2 10 /07 /juillet /2018 13:42
Une nouvelle amitié

 

Une nouvelle amitié

 

Sorti de ma grande solitude

Capté par un nouveau regard

Je me suis laissé aller hagard

Sur l’horizon des mansuétudes

 

De ma saine  volonté  farouche

J’ai esquissé quelques mots

Pour obsédé me rassurer de si tôt

De ces nouveaux pas sur ma bouche

 

L’esprit sensible de la nouvelle union

Qui m’entraîne sur de  puérils sommets

Où je rejoins preste ce flash d’amitié :

Accointance de ma frugale  pensée

 

J’ai tendu à une autre  pensée mon  obole

Dans ma propension d’élire sans nudité

Un penchant bienfaisant  de belle équité

Qui serait pour nous le respect du symbole

 

Relation d’une union intime  familière

Qu’une sympathie étrenna studieuse

Pour nous conduire à la sagesse malicieuse

De la magnanime entente dans ma tanière

 

Couchés en  vérités  sur la trace d’un pacte

Notre abnégation de bien nous comprendre

Ont rejetés aux mares nauséabondes  ces cendres :

Prémisses de pensées galvaudées dans  l’entracte

 

Notre  solidarité fut complice d’actes  gratifiants

Quand l’aide somptueuse à l’heure des tourments

Fit  le don de nos largesses à notre serment

Qui fidèle su  absorber l’abcès de nos différents

 

Nous avons engrangé ce mirifique  trésor

Qui dort protégé dans nos consciences

Au calme de la soumission  de nos méfiances

Dilatant  notre  amitié : Sagesse de notre essor

ƒC

Partager cet article

Repost0
4 juin 2018 1 04 /06 /juin /2018 14:02
L'étranger

 

L’étranger

 

Dans la morne vallée, l’étranger

Paradait sur mon fond de candeur

Au profit de sa vivifiante verdeur

Besace fournie, d’une bonne égrisée

 

Au terme d’un  périple, il s’échouait

Dans le pays  des chemins sinueux

Aux montées de monticules rugueux

Il avait la patience, il s’en  targuait

 

Il souhaitait son bon savoir, le fédérer

Mais au long du voyage, il se sentait chassé

À la frontière de l’abusif, on l’avait lynché

Pour une bouteille  d’eau fraîche clissée

 

Sa docilité lui extirpa,  une grande stupeur

Devait-il lui humain, devenir être bestial

Il ne ressentait que le vomissement glacial

De ces  vils congénères, arides et sabreurs

 

Il distinguait   l’instinct, de ces voix coassant

Qui lui infligeaient,  la sentence avec roideur

Son intégrité, sa charité, il n’en était bradeur

Il ignorait ces êtres inhumains  le haïssant

 

Une  douleur irradia, son muscle poplité

Il fut poursuivi maudit, par un piqueux

Le visage tuméfié, aigri, d’animal pesteux

Il s’enfuit sans regard, cœur horrifié

 

Il lanternait depuis des mois, sans renouer

Avec la bonté de quidams, à l’aspect  trivial

Il ne demandait  qu’un  peu de  paix  cruciale

Le ramenant à la survie,  de vils  jours à châtier

 

Il était fier, parlait chaud, sans  aigreur

Voulait altruiste,  votre pierre hausser

Contre un instant  de pure intensité

D’échanges chaleureux,  hors de la terreur

 

Il comprit que dans le chalet, le feu brûlait

Pour tous les passagers,  du monde sincère

De la flamme ignée, de la générosité  austère

S’éleva sa prière: ne lui tendre  paresse aisée

 

Il repartit, dans le silence  vers  son destin

Seule sa  missive sur la table prés de la cheminée

-Votre flamme m’a souri  comme source  désirée

On ne l’a revu,  disparu dans son éternité

ƒC

Partager cet article

Repost0
18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 13:48
Amitié

 

 

Amitié

 

 

Les champs de l’hiver se défrichent

Aux printemps  des belles semailles

Quand de jeunes désirs se nichent

Aux  sillons bavant à la grisaille

De  cet extrême, pure gelée

Et que chantent fiers des yeux  prieurs

Pour clamer vif  toutes  gratitudes

A l’amitié du parrain bonheur

Yeux d’azur! Partagent  des tendresses

Dans l’horizon de pensées sereines

Qui se volent l’acte d’hardiesse

Echangent  dans  les  vastes plaines

Du soi pour toi, au compte de toi

Calme  d’attendre ce mot ancré

Qui hébergera gai  sous nos toits

L’altruiste  d’ardentes  probités

$

Le verbe d’or  ne se tarira

Abondant sur nos lèvres usées

Quand en  sa   volupté tapissera

L’espace de nos  vies  parfumées

De saveurs innées et  pudiques

Nous conduisant, o  magnificence!

Aux avenirs sevrés d’authentique

Hasard ravi d’un émoi  intense

O bel  ami! Fond dans mon  essence

Toises mon moi, donnes moi ton toit

Nous irons unis, à la  dot du silence

Main dans la main, au cœur de nos moi.

ƒC

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche