Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 20:41




La  croisière  de  l’amour

 

Nous étions décidé pour la grande croisière

Avant d’embarquer j’ai entrepris la visite

De  son tempérament et de son caractère

Tout était conforme pour une faste réussite

 

A sa soif  je l’ai abreuve d’un premier  baiser

Qui l’a enivré avant de larguer les aussières

Il était content de prendre le large bien  lié

A mon corps; il trembla  d’un premier mal de mer

 

Je l’ai descendu dans  le philtre de mon corps

Il  s’allongea sur mes formes pour adoucir son mal

La tête dans mes sens pour me jeter un nouveau sort

Eviter trop de tangage pour ne pas finir dans la cale

 

Quand la mer se calma nous fîmes une longue escale

Pour découvrir les plages de ses pectoraux si beaux

Son coco-fesses  pur et lisse  comme du cristal

Et Je caressais ses hanches nues comme les flots

 

Mon esprit me demanda de me baigner sereine

Au fond de ces yeux saphir au  regard libertin

J’y plongeais tout mon corps à l’osmose de reine

Rien ne me retint  pas même les frasques de mon destin

 

Nous reprîmes excités  le cap dans la grande barque

La corne de brume de son impatience nous rappela

Le temps des vagues  d’amour précipité  qui vous largue

Dans d’infinis tourments joueurs en sensuelles  fiestas

 

Il était le temps de remonter au calme  sur le pont

Pour s’y raconter tous les vents de folies traversés

De ses images inquiétantes de l’amour trop   fécond

Pour regarder rescapé les rivages de l’avenir maîtrisé.

☼₣€

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 20:36




Vers un nid d’amour

 



En ribambelles les belles hirondelles

Tournoyèrent sur ma tête charnelle

Déposèrent leur couronne de reine

Sur mon cœur étourdi par ma peine

¤

Elles sifflèrent légères de grands airs

Et les cymbales de mon cœur  clair

Sonnèrent agiles  une aubade concise

A mon âme réfugiée sur une banquise

¤

Je pris le parti du  chemin enrubanné

Pour  les suivre au nid de la sobriété

Retrouver la raison de ma belle vie

Et lui chuchoter en silence  mon envie

¤

J’ai cueilli  sur le sol  trop joyeux

Des milliers de mots  plus soyeux

A ce bouquet je mis un dernier flot

Pure dentelle ciselée d’un esprit  dévot

¤

Un dernier coup d’aile  me déposa au nid

De mon rendez vous  bien trop précis

Pour ne pas contrarier mon ange surpris

Il était de sa pensée de me revoir éblouie

¤

Le nid douillet acquis à cette chaleur migrante

Nous picorions  dans notre volupté démente

Les beaux coquelicots rougis de notre jouissance

Et le ruisseau taisait le courant delà  véhémence

¤

Le temps oubliait présent de nous savoir là

Dans les bras l’un de l’autre  on se régala

De ces gestes  tendres qui façonne l’amour

Et vous laisse croire que la vie est trop courte.

☼₣€

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 20:31

 


Un homme merveilleux

 

Mesdames connaissez,  avez vous ?

A la maison  un homme merveilleux

Qui  vous aime tendrement, vous choie

Le mien est de ceux là, plus que  sérieux

Il ferait tout pour moi,  comme c’est fou

 

Il prépare la lessive à blanc c’est bien

Il se trompe souvent  du bon  contenant

Laver son linge à la fine pelure de farine

Vous donne lasse des rougeurs irritantes

Pressé était t’il le bougre; mon bon Fabien

 

Il adore nos enfants c’est attendrissant

Il les lange avec une si grande attention

La couche pour lui  est souvent trop petite

Pour sur, mon protége slip n’a l’ambition

De retenir assuré de gros besoins assaillants

 

Son truc à lui  c’est les clés du bricolage

Principalement la bonne colorée peinture

La poussette de bébé tout de chrome vêtue

Il est fier la voilà bien parée, bigarrée verdure

Il prétend triop machiste m’en assurer pilotage

 

Il aime me faire plaisir quand sonne le réveil

Il m’apporte le café, pour sûr noir  le dit t’on

Souvent il ajoute le pot de la  bonne  chicorée

Qui a le goût de ces  grains de girofles au thon

Celui que les casseroles lui  offrent  à son réveil

 

Il est vraiment amoureux, j’assure il m’aime

Tous ces efforts pour mon plus de   bonheur

Tant de petites erreurs  dans son gentil labeur

Je marmotte, je me crispe toujours sans heurt

Mais mon Fabien trop, trop, comme je l’aime !

☼₣€

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 20:27

 

 



Un amour naissant

 

Il vole assuré  le bel l’oiseau,

Eloigné du douillet de son nid

Il cherche dans l’infini le beau

Allongé prés du frais paradis

 

Suave vérité à l’instinct dual

D’un sincère amour naissant

Quand son intrépide  bec frugal

Dépose  pur un brin frémissant

 

Ses ailes vives et chantantes

Racontent   des mots pluriels

Aux sures notes éblouissantes

Qui offrent leurs baisers de miel

 

Il virevolte grisé dans  la danse

D’un contrôle  qui attire son âme

Dans cette chaleur incandescente

De l’être chéri qui là bas se flamme

 

Le voilà le bel oiseau postier

Il fond sur sa proie amoureuse

Lui adresse son  regard  princier

Et lui dépose son  cœur émancipé

 

Il nourrira demain sa belle aimée

Lui apportera la survie de l’espèce

Dans un bonheur toujours inégalé

Au voyage migrateur de ses caresses

☼₣€

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 20:22





La grande roue de l’amour

 

 

Un, deux, trois c’est parti, pour la loterie

Que vais je tirer en ce jour pluvieux à midi

La cantine est ouverte, je serai bien  polie

Auprès de  ces beaux poupons attendris

 

Quatre, cinq, six ma  robe de satin plisse

On me regarde, funambule qui se  glisse

Les yeux projecteurs brillent et s’immiscent

Dans mes rondes  paillettes toute  en frises

 

La bas un petit lot, ce grand  énergumène

Trop juvénile, trop niais  pour qu’il m’aine

Au fond un bien  trop tendre qui me freine

Au  plaisir de l’aguicher comme une  reine

 

Sept, huit, neuf oh le gaillard, quelle mine

Eminent, tel un poète grec, il me devine

Il sourcille,  l’heure n’est pas à  la frime

Provocation de mon corps, il est sublime

 

Sera t’il le gros lot de cette belle journée

Je le teste, il bourdonne régalé l’air altier

Ses joues  s’illuminent au parfum nourricier

D’un sourire pris au piège gai  à ma pensée

 

Dix, dix secondes, la grande roue de l’amour

Tient sa proie, au repère caché sans tambour

Quelques instants, pour compter à ce  détour

Milles baisers qui ne seront pas un calembour

 

Au retour apaisé; je compte avare  ma fortune

Trop vouloir gagner n’est pas en soi une lacune

Mais vaut t'il mieux avoir un lot  fait de plume

Qui léger vous enlève du coeur toute amertume ;

☼₣€

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 20:16


 

Ma mie je vous mène au restaurant

 

Ma mie, le soir de l’an, en ce  beau réveillon

Je vous mène au restaurant de la belle nouba

Vous choisirez  le menu luxueux qui vous sierra

Je vous le promets Il sera cossu, met de baron

 

Mon entrée se fera en flambées de tendresses

Garnies d’un bouquet de baisers serti de désirs

Je vous mettrai en appétit d’un entremet  leste

De caresses mitonnées à l’élan d’un fort élixir

 

Sur de votre faim dévorante de fines délicatesse

Vous entreprendrez d’allier au plat de  résistance

Un filet de jambette dénudée  à la kamasoutra

Accompagnées  de petits cris perçants en volupté

 

Bien repu, nous prendrons pour votre sveltesse

Un dessert qui ne  sera que le bienvenu déposé

Une souplesse dans son bain à l’anglaise délié

Et Surmonté d’un plaisir effilé de pluies d’hardiesses

 

Afin de bien apprécier, vous prendrez en toute bonté

Toute fraîche et nappée  un petit repos bien  serré 

Accompagné une liqueur sirupeuse  de mots dopés

Sage, vous ramasserez  précieuse votre générosité

 

Ma mie vous aurai-je contenté de ce faste et bel avenir

Ce réveillon vous aura t’il comblé de mon charme  serein

Est t’il ce  souvenir que vous me rappelez avec entrain

Fier suis-je de vous y avoir mené pour vous y reconduire.

☼₣€

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 20:11

 





Je l’ai enchaînée

 

Le grand conseil rénové de mon bon esprit a décidé

Te voilà promu haut  général de tes belles pensées

Qui se cantonnent en  cohorte sur les grandes  vertus

 Pour partir à la conquête secrète   d’un être à aimer

Entraînes-toi fier et austère dans les  espaces inviolés

 

Je me suis donc armé d’un pudique  regard imaginatif

Au  sourire affriolant pour  soulever un sage  inventif

Ce  langage des belles paroles à la forme significative

A la  démarche menant  sur le front de  l’emblématique

D’une main feutrée conduisant vers l’invasion  adorative

 

Au coin de la rue silencieuse, rasant les murs encerclés

J’ai soudain aperçu la silhouette de  mon ennemi adoré

Elle fuyait sous la lumière ouatée, comme fuit la timidité

Mais j’ai dégainé passionné  mon doux  regard assoiffé

Je l’avais touchée au fond de son visage perlé d’intérêts

 

J’ai vu le beau  flux d’une saignée  d’étincelles nouvelles

Et ses yeux au bleu d’azur  m’en proposaient  la prunelle

Touchée, oui !  Je vous le promets elle n’avait plus d’ailes

Pour s’envoler légère vers d’autres hauts sommets rebelles

Plus encor, la voilà calme proie hypnotisée  plus sure d’elle

 

Je me suis approché en tendresse pour la faire prisonnière

Je l’ai enchaînée l’âme nue aux beautés de  ma passion fière

Interrogée, du feu de mes désirs, accrochés comme un lierre

Elle a payé son tribut à ma conquête pour dire  ses mystères

« J’ai perdu la raison, emmenez moi dans votre belle  tanière »

 

Dans un dernier geste prolifique du calme guerrier conquérant

Je lui ai assénée prudent et forcené  mes lèvres  dévorantes

De mon glaive amoureux  lui ai donné ce désiré  sentiment

Dans un dernier sursaut elle  m’a parlé de ce bien  important

Alors je lui ai montré attentif  ma sage  volonté intransigeante

 

La voilà conquise, intégrant l’espace arc en ciel  du  bonheur

Belle cavalière impudique de mes intangibles  grandes peurs

Je ne dois  la décevoir  en ses instants  sirupeux du bon labeur

Quand aux moments ardents, elle laboure quiète ma pudeur

De tendres bontés qu’elle laisse  s’éterniser dans la  fraîcheur

 

 Me voilà son prisonnier adoré, je  signe la paix des vaincus

Je traverse sa prairie  en  longues chevauches  de reclus

J’ai gagné la bataille de l’amour  elle a gagné cet enfant reçu

Qui nous offre  le souvenir inoubliable  du  penchant inclus

Dans ce  grand paysage d’adoration : Vie Nouvelle, sacre d’élus

☼₣€

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 19:19


 



Dès que la nuit

 

Dés que la nuit s’ouvre, mes yeux épris de ta blancheur

Scintillent de l’aube à l’aurore, sur ton   tendre corps

Dans une danse libertine, enlacée à  ta fraîcheur

Et mon étreinte te vole,  mille baisers record

 

Ton absence est présente, à la pulsion de mon âme

Je respire la senteur, de ta peau inaccessible

Et je t’entoure calme, du regard de mes yeux flamme

Qui se reposent  dans le noir,  d’un rêve invisible

 

Je te cherche  impatiente,  pour que tu m’apportes soudain

Toute la puissance de m’évader, libre  dans mes envies

Cette raison de ma déraison,  d’un amour pur et  sans fin

Qui se promène sur le désir, de ces  instants de ma vie

 

Je te crie toute ma douleur,  en  cette  nuit d’être seul

Pour te prendre fantôme, dans l’étreinte de mes rites

Et de survoler ton image, qui gît dans le linceul

De l’envoûtement d’un corps, il veut  effacer le mythe

 

Je respire prés de toi,  des mots si inavouables

A mon  loin  ta mélodie subjugue,  tout mon être

Et   seul mon esprit vif,  la câlinera imperturbable

Pour lui raconter ton demain : Ton désir de renaître

 

Notre amour enfin pourra, se parer de l’arc en ciel

De ces libidos indélébiles, subites  par nos corps

Prés à donner l’un pour l’autre, le suprême irréel

D’instants précieux gisants sous de riches accords.

☼₣€

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 11:23
les pages suivantes pourrant vous charmer
 bonne lecture continuez ainsi,  merci

O amour fou
Partager cet article
Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 01:29

Prenez votre plume, pour écrire un petit mot d'amour a votre dulcinée
plus tôt  cela sera au matin
plus vite elle l'aura en main
pour vous offrr son  petit baiser malin


quand on aime on court
alors laissez courir votre main
sur la prochaine page

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche