Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 18:03
O mon esprit

O mon esprit

 

 

Mon esprit, que croyais-tu bâtir!

Dans cette mer d’humain amère

Ces congénères qui te déchirent sévère

Sur des chemins de boue pour t’agonir

 

Qui est tu ? Pourquoi est tu ?

Tu rêves de ton impassible  vertu

Mais  au loin tu n’es que verrue

Qui te  radotent des mots imprévus

 

Tranquille mon esprit! Ne te ronge pas

Tu n’es que petit, trop étourdi pour troquer cela

Vois! Il est des ceux-là, qui égorgent dans ces là bas

Ton opiniâtreté  d’être, un fautif scélérat

 

O mon esprit ! N’est pas honte, crache

Les volutes de ta rébellion et scratche

Ta pertinence, sur  ces âmes  d’apaches

Qui lancent,  mille  flèches à ton attache

 

Sur la route ravagée, de ton ignoble pensée

Qu’ils ont instruit subtil,  à ta grande faculté

Dépose en litanie, les piéges de ta férocité

Pourquoi eux seuls!  Fouillerai dans tes impuretés

 

Mon esprit ne soit pas lésé, de tes bontés

Change de chemin, va vers les vérités

De ces petits qui se lèvent,  des atrocités

S’éloignent des langues   de vipères acérées

 

Tu es petit c’est vrai,  mais de  ta sage  modestie

Surtout d’usage, ne les laisse pas en faire  grand profit

Heureux seraient-ils  de te mettre de coté ; Leur ville envie

Hurle ta vérité, ton innocence car  tu n’a pas de mépris

 

A leur moulin aride de la délicatesse ils broient tes mots

Tant  ils se croient  puissants  de leur savoir du beau

De leur capacité d’enrichir d’or  leurs frères jumeaux

Mon pauvre esprit !  Te voilà bien : le petit saligaud

 

Coup de pied sur ta crainte, elle s’éloigne furtive

Retrouve aux catacombes des petits, l’initiative

Ceux qui ne désirent qu’une sage et pure alternative :

Ces réconforts déposés sur des  âmes associatives

 

O mon esprit ! Tu découvriras l’altruisme permanent

De ces âmes saines  recherchant les bonheurs décents

Fait de petits plaisirs  loin de la riche déraison  dévastant

Ton hommage finaud, qui vante sans compter tes sentiments.

ƒC

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2018 5 12 /01 /janvier /2018 14:28
Ma fille,Qu'est ce donc!

 

C’était hier

Aux premiers amours

 

Ö quidam,  que faites-vous !

Au bras  de ma jeune  fille

Vous salissez sa mantille

Ce n’est pas une broutille

Cela ne se fait chez nous

 

Vous l’enlacez  au  trop prés

Reculez ! Elle n’est soumise

Elle chasse votre  remise

Pourquoi est-elle démise ?

Redonnez-lui son  air gentillet

 

De fait Monsieur l’aigrefin

Elle souffre et s’agace

De  vos gestes fugaces

De vos bien trop  d’audace

Envers sa colère désolée

 

Que vous eut-elle donné

Un baiser couleur suave

Que vous eussiez  brave

Le voulu volé  à l’emblave

Je vous enjoins de la quitter

 

Mon Père, mon Père n’en faites

Il est un garçon bien tempérant

Il n’a d’aise que le tourment

De m’aimer, m’aimer assidûment

Je vous prie  il est ma  grande paix

 

 

Il a ! À me donner cette preuve !

Que l’amour soit une  sage tentation

Je m’en accepte la  saine satisfaction

Que ce ne soit une complication

Pour nous  jurer : Ce ne peut être épreuve

 

 

Je me consomme à lui, corps vertu

De ces baisers qui se coulent frais

Sur nos cœurs  qui se saignent livrés

A notre passion en grande générosité

Je reste à lui, écrin d’or  suspendu

 

Je ronde à sa main dans  les éclairs

De la foudre de ses yeux sensuels

Je  le sers à mon âme  pas rebelle

Il se clone à l’esprit  de  ma ritournelle

Se croise, se décroise dans ma lumière

Père, Père, je l’aime

 

ƒC

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2017 4 30 /11 /novembre /2017 17:44
Dialogue amouyreux

 

 

Ô ces yeux! Puis-je les ouvrir

Ami, ils sillonnent  dans  le grand pur

De mon envie qui s’enlumine pour sûr

Que dites-vous !

Les faire briller que je puisse les sertir

C’est un bijou que l’on mérite

Il étincellera au luxe de votre ciel ensuite

 

Ô votre cœur! Puis-je m’y entretenir

Il pourrait battre, à vos cotés rassuré

Que doit-il penser, de votre  fidélité

Que dites-vous !

Dans ma passion je veux  le retenir

Donnez-moi de le croire sincère

Et qu’il ne  fût  jamais mon  mystère

 

Ô votre pensée! Serai- je capable

Vos mots, donnez les moi avantageux

Qu’ils sachent, m’émouvoir amoureux

Que dites-vous !

De vous conter son écrin adorable

Ne soyez pas, cet  impétueux  moqueur

Dites-moi les choses, en toute candeur

 

Ô ce corps! Saurai-je l’effleurer

Vos main  ont t’elles  la chasteté infime

Qui puisse leur donner, ce toucher intime

Que dites-vous !

Précieux je vous l’assure, O adoré nacré!

Préservez sa pureté, pour ne pas vous ternir

Vous y trouverez, des sensations d’avenir

 

- vos baisers ! Puis- je sain  m’étourdir

Auront-ils la volupté de mon désir sublime

Pourront-ils m’enlacer aux saveurs des abîmes

Que dites-vous !

Dans ce  luxueux delta je scelle votre devenir

Rassurez-moi,  peuvent t’ils avoir le goût des vérités

Qu’ils ne fussent fades de timides perplexités

 

Ô mon amour! Laissez-moi vous aimer

Je voudrai, mais donnez-moi une preuve

Que je ne puisse, vivre  une vile épreuve

Que dites-vous !

D’amour, d’amour  passion renouvelée

Votre passion me convainc admirative

À vie qu’elle m’entretienne  démonstrative

 

Je suis votre!  Je vous aime, je vous aime

Que dis-tu

Je t’écoute

Je suis tien! Je t’aime, je t’aime

Éternité d’amour, on s’aime, on s’aime

☼₣€

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 21:55
je suis passée près de chez toi

 

Je suis passée prés de chez toi

Un billet élégant dans la poche

Je pensais que tu serais là pour moi

Mais ton  absence, que cela me  fut moche

 

Un sou, un million pas de différence

Moi  le sou c’est mon  réconfort

Le million est une rêverie  démente

Je ne cherche  à t’éblouir

Mais mon sou ne peut  être mon  tord

 

Je souhaiterai que tu restes à mes cotes

Non je ne veux pas  que tu sois obligation

Mais comme un frère  venir me réconforter

De ce petit plaisir  de la  gaie satisfaction

 

- Je sais!  Tu préfères en embrasser d’autres

Elles  en ont de la chance de savoir t’attirer

Pourtant j’ai pris le même  billet celui des pauvres

- C’est mon  destin, je n’y peux rien

 Mon billet  n’était pas en ta main,   préféré

 

Puis-je   repasser  prendre de tes nouvelles?

Savoir, si  m’appuyer   sur tes épaules

Lancer un regard  sur ton envol d’hirondelle

Pourrais-tu  me bercer d’avoir rejoint ton obole

 

Ne t’inquiète! Je suis patiente, pas dépensière

Je veux bien comprendre,  de  n’être pas  la seule

A te vouloir,   mais pour  une fois jette l’aussière

Sur ma péniche, regarde ses fonds sont  si veules

Ils attentent que tu répares leur faiblesse

 

 

Peut être qu’un jour d’une rencontre fortuite

Nous brillerons  en bonne compagnie  dans   ta lumière

Tu seras fier d’illuminer le  décor de mon ennuie

Je sortirai  mon orgueil de la mélasse de mes ornières.

Et je t’offrirai le dessert de ma vie 

Mon  doux cœur qui bat pour toi

☼₣

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 15:26
La route vers l'amour

 

Sur la route prioritaire de ta timidité

Je me suis leste et amoureuse  engagée

Pour entrevoir radieuse, tes bas coté

Où se reposent  tes vivaces  rêveris

 

J’ai levé toutes les villes barrières

Pour rencontrer, les tristes  cimetières

De ton vif repli aux frigides carrières

Où tu te mines sans autre, insipides moyen

 

Excuse-moi, si je passe à ces lascives vitesses

De tes saines  sensations, de tendres hardiesses

Elles se posent  acharnées, en bonne diablesse

Sur ton corps, qui chante ta riche  passion

 

N’ai crainte, je te conduirai au calme

De tous ces baisers, silence de la palme

Des records enregistrés, dans  la flamme

De mon amour  paré, de l’or des emblèmes

 

L’accident des rencontres, n’est pas fatidique

On l’attend comme,  monstre  diabolique

Pour mieux  constater, à l’amiable l’empirique

Ce besoin de se toucher, du geste scintillant

 

Amour mon appel soucieux, tu l’as bien entendu

J’ai vu dans tes yeux ce danger, cette verrue

Ta timidité maladive,  je t’en prie ne la sort ténue

Laisse la là bas,  au fond de ta froide  masure

 

Ne t’enfuis pas au barrage, du bon test de l’amour

Embrasse mes lèvres, leur chaleur domptera ce jour

Nous éviterons les tracas, de la vie pour le grand tour

De nos corps qui geignent, de se sentir  si béotien

 

Il est le temps maintenant, de profiter du voyage

Cet amour que nous donne  la vie, on s’engage

Dis moi que tu n’as plus peur, de ce suave virage

Conduisons nos pas  au bonheur, du bon adage

L’amour est plus fort  quand on sort de la désolation

☼₣€

Partager cet article

Repost0
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 13:29
Le labour de l'amour

 

 

Dans le rêve

De ma vie brève

Je vais  sans trêve

Affronter le versant

De mon amour qui me tend

Puissance de sa réalité brève

Mais me transperce le glaive

De l’Immoral qui vous achève

Tout comme mauvais  élève

Qui jamais ne se relève

 

Mais  suivez-le! Car beau est  cet élan

Sage il vous conduit en chantant

Là-bas sur les champs d’Eve

Pour labourer l’amour charmant

Qui vous offre joie de dément

Pour marier vos désirs brûlants

☼ƑƇ

 

Partager cet article

Repost0
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 16:08
Jongler avec nos coeurs

Mon aimé assez jongler avec nos cœurs

J’ai peur quand tu les projettes très  haut

Au sommet de nos sentiments  en ferveur

Qu’ils ne retombent ; pour ne  se briser  sans mot

 

Tu n’es pas l’illusionniste de mon amour

Quand sur la baguette de ta conviction

Tu fais tourner  ma passion  au grand jour

Où se projettent tes désirs sur mon émotion 

 

Bravo quand tu me gardes en équilibre

Sur ton bonheur  que tu amplifie  bien sûr

Et que tu me lâches  dans ma pensée libre

Pour t’aimer  sans accroc  vers le beau futur

 

Tu fais tourner la tête de ma riche conscience

Ne t’arrêtes plus, laisses s’amplifier ma passion

Qu’elle  me dise  voilà ton artiste il est   patient

Celui  qui t’entraîne  vers les  bonnes  ascensions

 

Tu es trop beau prestidigitateur  pour éviter le duo

Je pressens  un bel exercice  de  baisers fluo

Ils s’encanaillent  et se laissent glisser à ce  sceau

Notre amour; qui s’étale à la foule,  sentiments colossaux

☼ƑƇ

 

Partager cet article

Repost0
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 19:13
Une chance' sur deux

 

 

Tu  cherchais le bonheur

Tu as trouve le malheur

Une chance sur deux¨

 

Me dites-vous dans les yeux

Comme pour chacun de nous deux

Alors j'ai   couru prendre  bonheur

Mais mon cœur s’affilia au  malheur

J’avais une chance sur deux

 

Toi tu en fis le plein, sans peine sans nous deux

Celle-ci Je ne sais pourquoi elle me fuit

Je voudrai tant qu’elle me sourie

Et si la chance c’était celui, tiens! Si c’était toi

Qui m’’offrirai une chance, ô ma foi

Je te promets a tout coup tu gagnerais

Alors tente, tu ne risques rien

Tu le sais mon cœur est déjà ton bien

Là s’y trouve la grande plaine du bonheur

Tu as de la chance, y venir coucher là

Cajoler par  un désir gros comme çà

Tu ne peux l’ignorer

Esquisse un baiser me voilà.

☼₣€

Partager cet article

Repost0
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 17:05
La sagesse de l'amour

 

Par les champs, les forets, les vallées

J’ai recherché de beaux amours purifiés

Les sanguins coquelicots m’ont souris

Les tendres roseaux se sont penches ébahis

Je les ai pris par la main  les menant

Au repaire où s’enferment les amants

Trop vite ils se sont fanés au matin

Je ne les dérangerai plus ces vilains

 

Mon amour était sûr et mon corps pur

Gestes maladroits, il faudrait que j’assure

Pourrai-je vous  cueillir à la rosée de ma foi

Je reviendrai un jour débarrassé de ma loi

Pour écouter la tendresse de votre émoi

Quand mon méritoire  cœur de bon aloi

Attendra patient votre passionné sentiment

Assis sur les pensées d’un  besoin ardent

 

La sagesse de l’amour vous offre sa patience

Sachez la cueillir avec l’ambition du don d’alliance

☼₣€

 

Partager cet article

Repost0
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 14:06
Croire à ton amour

Ô toi l’avantageux,   nageur impénitent

Pourquoi te baigner, dans l’azur de mes yeux

Je t’ai accueilli comme un don des cieux

Et tu as lavé mon esprit, par trop  intransigeant

 

J’ai  essuyé mes larmes  de bonheur

Pour garder souvenir, de ton avenir

Celui que je voudrai , partager à mon devenir

Dans le soyeux, de tes  revigorantes  ardeurs

 

Je prépare,  ton chemin de   migration

Vers la nidation, d’un chimérique nouvel amour

Prend ce brin de passion,   nouvelle vie, nouveau jour

C’est un joyau, que t’offre ma bonifiée  tentation

 

Au devin instantané, de ma pensée, je te vois preste

Conscient de ta bonté, invétérée d’accepter la réalité

Quand tu plonges, dans la chaleur de ma pure fidélité

Pour raviver mes pulsions ardentes, de pensées célestes

 

Au fond de mon cœur, jamais tu n’halèteras

Le flux de mon amour,  te donnera la puissance

De briller  du feu, de ton impériale  insistance

Pour donner  bonheur, à mes doux desideratas

 

Persuade-moi, que ma raison est floraison

De ces bouquets, qui vous apportent les joies

Nos cœurs aimants,  saignés de leur  grande foi

S’obligent audacieux, d’être notre folle  révolution

 

Ô toi l’avantageux,  nageur impénitent

Pourquoi te baigner, dans l’azur de mes yeux

Je t’ai accueilli, comme un don des cieux

Et tu as lavé mon esprit,  par trop  intransigeant

J'ai à   t 'aimer

☼₣€

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche