Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 16:29
Puis-je être

Puis-je être

 

Puis-je être

Un être sans être

D’un instinct irréel

Quand :

Le haut

Le bas

Le dedans

Le dehors

Le dessous

Le dessus

Le plus

Le moins

Le dur

Le tendre

De tous ces sains le

Qui ne sont pas laids

Et ne seront jamais d’éternité :

Ni haut

Ni bas

Ni dedans

Ni dehors

Ni dessous

Ni dessus

Ni plus

Ni moins

Ni dur

Ni tendre

Absorbés par l’absurde  des ni

Qui ne sont pas les

De ma vision de l’irréel qui ne les  touche

Sans je, mais tout autant   pensé

Ils errent dans   mon irréel :

En  un

Haut

Bas

Dedans

Dehors

Dessous

Dessus

Plus

Moins

Dur

Tendre

Pas de sain Je, pas de sains ni

Que puis-je vous dire

Car c’est sans rire

En  évitant le pire

Ne percevant  mon irréel

Que je passe la passerelle

Pour rejoindre mon réel

Là bas

Sur la marche éternelle

D’un conscient surnaturel

Qui vogue sur les prunelles

De ma pensée éprise naturelle

De cette vie en dentelle

Qui la piège en ritournelle

Sur le grand moulin  de l’univers

Battant des ailes sur le néant austère

Qui joue à tire bonde  de travers

Sur les esprits conquis par ces vers

Qui rongent leur conscience sévère

Au fond des grands prés verts

Enfouis dans les  rugissants des mers amères

Quand  leur houle légère rejette

Dans ses écumes en  fourchettes

L’être, qui  se gave de vues sans dette

Le  guide  vers un  festin d’emplettes

D’un regard puissant  sans défaite

Pour ne pas compromettre ces images

Du réel dan son état sauvage

Qui vous  renvoie un grand message

Et ceci doit être votre bel adage

Le rêve n’est qu’un passage

Sans être un grand outrage

A tout bon personnage

Qui sait  agile redescendre

Du feu de cette nuit cendre

Où froide la salamandre

Dévore vos derniers doutes

Sas pitié pour votre croûte

Ce corps endurci, d’avoir cru être

Le réel crachat de  l’univers à sa fenêtre

Celle d’’une vie sans être

©ƒC

Partager cet article

Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 13:58
L'abécédaire d'une vie

L’abécédaire d’une vie

 

L’abécédaire d’une vie a perdu

Quelques niaises  lettres  ternies

Dans l’absence morale enfouie

Sous le matelas d’idées déçues

A,  servi comme le  bel  amour

D’une méfiance au  cœur hanté

D’être seul intérêt toujours désiré

Que jalouse son  moi sans débours

Le dais,  protégeant la foi du sacré

Que les dieux couvrent d’absence

Promenant sur la laie d’une présence

Cette vision pure d’imaginaire floqué

¤

Elle,  fut  futile  toujours emprisonnée

Liberté prônée à  tous ces êtres enfermés

Dans des exposés arbitraires exprimés

Par les maîtres de la foule auditionnée

Aime;  le bien plus que le mal qui ronge

Une morale qui se perd dans les couches

Des sociétés aux  comportements louches

Se  dévie dans la luxure, séduite en ss  songes

Paix,  qui se construit servie dans l’état

D’une vrai politique, vue  démocratique

Ce ne fut qu’instant perçu emblématique

Par  une voix servile qui perdue agaça

L’air,  d’être riche laissé gratuit  au coffre

Des sages  regrets d’une banque murée

Protégés sure  par un faux  destin forcené

D’où ne se sont transmises les bonnes offres

¤

Levé,  de bon matin pour rencontrer

Des sages vérités d’une  nature vraie

De ces réalités des beautés touchées

Mais l’illusion innée s’est alors renforcée

De ces lettres fanées au soleil du  bel été

Je garderai séchées dans mon livre d’hiver

Quelques belles pensées fraîches de l’enfer

Celui  d’une vie couchée sur un faux lettré.

©ƒC

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2018 7 16 /09 /septembre /2018 15:34
Le scrite la mer

Je scrute la mer

 

 

Cadre médical de ma vue, fenêtre sur ma vie

Sur un paysage immobile,  placide   je souris

Les mobiles d’acier lumineux se sillonnent

Dans les espaces d’horizons furtifs qui étonnent

Mes yeux fiers : Sombres ce soir ils  happent

Le Lointain égaré qui joue à cache- cache

¤

Sans cris dans mon rêve je scrute la mer

Du hauts des dunes claires ses lames amères

Bousculent ma crainte ; O mer ne laisse pas

Découper tes cotes par les abusifs piranhas

Retire-leurs! Attentionnée cette vile puissance là

Avant que mon corps rongé ne  te quitte ici bas

¤

Les écumes  s’engrossent brutales sur tes ports

Elles voudraient  s’épousseter le long de tes pores

En y creusant  de fallacieuses gorges profondes

Pour blesser ton estuaire où rebelles se morfondes

Des plaies grassouillettes que protectrice tu inondes

¤

Quand les soleils brûleront radieux tes fanges sévères

S’envolera de tes sueurs fiévreuses la  chaleur amère

De ton corps qui  rafraîchi  par les montantes marées

Epargnerons les ressacs  à tes vagues encouragées

Pour préserver la santé de ma plage au sable doré.

ƒC

 

Partager cet article

Repost0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 13:38
C'"tait cet hier

rondeau classique en décasyllabes

Forme = AABBA - AAB refrain - AABBA refrain $

 

 

C'était cet hier

 

C'était cet hier les plaines fleurissaient

Dans tous les bois chantaient les hirondelles

Et mon grand cœur attendait la nouvelle

L'amour heureux, patient je l'attendais

Au fond sain de mon âme , ma citadelle

 

Les beaux ruisseaux dans les vals serpentaient

Sortis du fond d'un lit qui assuraient

Le vrai bonheur d'une rage éternelle

 

C'était cet hier

 

J'aurai garder l'amour là qui naitrait

L'instable vent d'hiver le traversait

Avec stupeur pour user en ritournelle

Le grand palais d'affections éternelles

Que mon doux cœur chaque jour adressait

 

c'était cet hier

 

☼ŦC

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 18:17
Voyage de la patience

 

En voyage sur mes belles pensées

J’ai rencontré sur un beau rivage

Mon ami le soleil il avait un message

Surgit de vapeurs des impatiences

 

A l’orée du bel hiver il voulait déjà l’été

Pressé d’être adulé par son amie la terre

De rendre tous ces services qui le libèrent

Apportant ses grands bonheurs à l’humanité

 

Il me raconta qu’une voix lui avait dit

L’impatience déforme les pensées pures

Les entraîne souvent vers des chaos trop durs

Aux conséquences tragiques des repaires d’infini

 

Avant le temps il n’est pas de généreux temps

A bousculer le temps c’est vivre un en dehors

Ne vous imaginer pas devancer le temps de votre fort

Après le temps , le temps il faut attendre le temps

 

Impatience ne me fait pas perdre ma révolution

Ne me presse pas l’éther me conduit sans heurt

Sur le firmament de ma vie, selon mon ardeur

Le temps m’embrasse léger pour mon évolution

 

Mon soleil trop humble voulu se cacher

-Reste mon ami je voudrai te rendre service

-Il y a des jours où il ne faut subir les sévices

-Ceux de vouloir trouver le bonheur parfait

 

Prend tes bonheurs aux paysages de l’immédiat

Je ne peux te dire le futur de ce temps imprévu

Il pourrait ruiner tes espoirs du reçu de ton du

Profite de ta lumière demain le noir t’emploiera

 

-Non n’ai crainte cela est une impatience positive

-Celle que l’on se doit de franchir serein à gué

-Ne pas se mouiller les pieds dans la fange rusée

-Vous entraînant à ce malheur de perdre l’alternative

 

-Va mon soleil conduit sage tes jours d’aisance

-Donne raison à ta raison de vivre somptueux

-Glisse toi sur ma trace des temps bienheureux

-Ensemble poursuivons notre voyage de la patience

☼ŦC

Partager cet article

Repost0
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 16:57
Ô mon rêve

 

Ô rêve laisse moi  quiet

Ne profite pas de mes bontés

J’ai marché sur les nuages

Pour les percer  bien sage

Et donner l’eau aux assoiffés

 

J’ai couru vers les abîmes

Embrasser les mauvaises  mines

De ces morts au linceul blanchis

Pour les soulever assagis  à la vie

Et qu’ils sachent que là est leur paradis

 

J’ai aspiré la couche d’ozone

Je n’ai manqué aucune zone

Et la forêt s’est aussitôt reverdie

Les animaux se sont ragaillardis

Pour les petits enfants plus d’asphyxie

 

J’ai aidé le bon vent à se défaire

Des  vilenies  de  notre  grande sphère

Il y avait de par le monde tant à faire

Que mon rêve  s’est dissipé aux frontières

Où  trop d’innocents  jonchaient les parterres

 

Ô mon rêve! Ô mon rêve  espéré

Tu n’es pas, ô  dommage la réalité

Mais je voudrai  vif te  protéger

Te conduire  sur les âmes et les toumenter

Que leurs actions assassines n’oublient pitié.

 

Vous les puissants laissez vous rêver

Le matin vous rappellera au tôt levé

Que notre monde réel n’a rien de  parfait

en vos pensées d'avarices

☼₣€

 

Partager cet article

Repost0
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 14:05
Rêver d'au delà

 

 

Ô Matin! matin sage, extirpe moi

De ce vague obscur de la vie

Qui me transporte dans l’étroit

 

Je me retranche seul  dans le ciel

De mes pensées aux nuages gris

Et je défie  le monde démentiel

 

Je crache ludique sur le pouvoir

Et mon rire  se dissipe au dégueuloir

Des  immondices de leur vouloir, foutoir

 

Je vole, vole  leurs inqualifiables actions

Mes trésors de guerre sont mes  répits

Pour combattre toutes leurs violations

 

J’endoctrine  sévère  leur  délétère profit

Pour le dilapider dans  la prospère solidarité

Et que  s’assouvissent les faims des affaiblis

 

Ô Soir! Soir je te supplie  ne m’éveille pas

Ma volonté grogne le funeste de ne pouvoir

Laisse-moi rêver le  monde sain de l’au-delà

 

Ô  peuple ! Leur droit  vous obligent  à vivre

Hurlez !  Qu’enfin ils vous offrent le bien vivre

☼₣€

i

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 20:11
Je rêve de la rêverie des mots

 

Bonnes gens je rêve de rêveries enfantines

Je défais le monde pour refaire la mondée

Et je me balance sur les mots des notées

Qui se glissent  tranquilles sur mes étamines

 

Je vole vers les cieux  ils se transforment cieuses

Plus précieuses que précieux, mère de l’air

Je  te fends  heureux, belle airaé, enfant de guerre

Je t’aspire nourriture  de ma vie, délicate gageuse

 

Et ma rêverie se faufile dans les forêts altruistes

Où les arbres sonnent les révoltes à devenir une arbrée

Celle qui donne la sève de la vie aux feuilles marbrées

Et mon cri amplifie au loin ma criée d’être équilibriste

 

Je ne puis gêné me séparer  du vouloir de ma volonté

De casser ma turpitude et l’enlacer d’un vil démoraleur

Ce froid  moral n’incite à l’apparat dentelle de la pudeur

Prude il ne peut être,  je le voue à  la peur de sa  triste réalité

 

Et je m’accroche à la tentation de la violer d’un tentavoir

Sulfureux  débordement  pour démanteler  les illusoires

Attaques de mon esprit qui se charge  de  ce fonsur noir

Il se fend sur ma pensée, comme un rapace ostentatoire

 

Je quitte ce genre  vers les sommets qui se révèlent haucréte

Tu embrasses l’auréa quand tu perçois au loin  l’immaculée  mondée

Je n’ai plus le démoraleur  et le  fonsur de mon tentavoir  se révèle  rester

Au profond du rêve de ma rêverie dans  ma bonne cieiuse  discrète

 

Enfin je me réveille la réalité  tourne ma page j'étais sur les sommets

Que l’air pur embrassait en regardant avec humilité le monde immaculé

Je n’avais plus de turpitude  et ma grande  attention  était de rester

Dans mon rêve  batifolant sur ma rêverie aux cieux de ma destinée.

☼ƑƇ

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 13:54
Rêve

 

Au  fond de ta nuit je m’éveille intrépide

Entre mes douces mains je prends ton inconscient

Pour le délivrer de son long  sommeil limpide

Qui vient  fouiller l’album vécu du conscient

 

J’ai le don fortuit de te procurer cet  irréel

Fait d’arc en ciel en tes phantasmes cachés

Que tu prises à me voir déposer fidèle

Au film coquin  de ces voyages inespérés

 

Je souhaiterai sage  te laisser joyeux

Au délassement perpétuel de ta mémoire

Mais elle se couche cynique au si beau jeu

 

Alors je te dis prends un temps,  ouvre ma porte

Rêve, je me donnerai d’aise à notre belle histoire

Laisse ta nuit se promener sereine, là  je l’escorte.

☼ŦC

Partager cet article

Repost0
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 14:07
Reste dans ton songe

Il fut nuit au théâtre de ma vie

Je vis dans un songe intrépide

Où les blanches ombres courent insipides

Sur mon destin qui se lève au matin de mon cri

 

Elles me disent sourdes,  bien tristounettes

Que viens-tu faire ici ,toi le pauvre larbin

Tu ne seras sur le temps, jamais assez malin

Pour conduire un chemin de malhonnête

 

La magie de tes yeux d’azur n'y pourra rien

Leur perçant t’apporte, la beauté des puretés

Celle que l'on accorde aux Dieux 

Et qu'ils  déposent en  leur bonté

Quand la sagesse des probes les soutient

 

Pourquoi t’enfoncer dans ce monde profond

D’où  la corruption saigne, injuste sacrifice

Honorant  les brigands austères  de l’artifice

Qui pillent les sages de leur pauvre raison

 

Va! Détournes-toi des viles croisées mystérieuses

Tu n’y trouveras jamais le bon de ce qui plait

Sur leurs nuages de la peur ils mèneront  effrontés

Tout ton  bon comme une stupidité la plus affreuse

 

Et là bas les serfs de la vie applaudiront l’exploit

De ces  mauvaises manières et  peureux jugeront

Comme un délice ces  violences  de faire affront

A leur grande gentillesses,  perclus à leurs endroit

 

Alors pourquoi !  Quitte  hâtivement  ton songe

Ne longe plus le mal  bonifié  en  pestiféré caché

Va jouer dans leur cour, là où les dés sont pipés

Comme eux jette-les, truqués dans tes mensonges

 

Et la foule, la grande foule soudain  subjuguée

T’édifiera une statue, celle du héros puissant

Que son or aura rendu célèbre les mains puisant

Dans les efforts de ces  esclaves des saines bontés

 

Pourquoi ne peux-tu pas, An! Ta sagesse

On ne peut être sage et vouloir le pouvoir

Car le pouvoir entraîne toujours le devoir

de faire violence à l'autre pour exécuter ses desseins

Alors oui! Reste dans ton songe, il t'offre la sérénité

☼ŦC

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche